Un collectionneur japonais renvoie d'anciens artefacts au Cambodge – Culture japonaise



Des artefacts cambodgiens datant du millénaire exposés dans la maison d'un collectionneur japonais pendant deux décennies ont été restitués au Musée national du pays de l'Asie du Sud-Est.
Les 85 artefacts sont pour la plupart de petits objets en bronze et comprennent des statues de Bouddha et du dieu hindou Shiva, ainsi que des bocaux, des céramiques et des bijoux. Le ministère de la Culture du Cambodge a déclaré que certains articles étaient plus anciens que l'ère d'Angkor, qui avait débuté vers 800 après JC. D'autres datent de l'ère d'Angkor ou juste après sa fin, à la fin du XIVe siècle.
Le Cambodge a déployé des efforts intenses pour récupérer les artefacts pillés pendant la guerre civile dans les années 1970.
Lors d'une réception officielle pour les artefacts vendredi, Prak Sonnara, secrétaire d'Etat au ministère de la Culture et des Beaux-Arts, a félicité le collectionneur japonais pour le retour volontaire des artefacts. Il a ajouté que ses actions constituaient un bon échantillon à suivre pour les autres pays et les collectionneurs.
Le collectionneur, Fumiko Takakuwa, a déclaré aux journalistes, après la cérémonie de passation des pouvoirs, que son mari et elle avaient acheté les objets au Japon et souhaitaient les ramasser et les exposer chez eux. Mais elle savait qu'ils étaient originaires du Cambodge et c'est pourquoi elle les a rendus.
"Mon mari a dit avant son décès que ces artefacts devaient être renvoyés au Cambodge, et aujourd'hui je suis heureux de l'avoir fait", a déclaré Takakuwa.
Prak Sonnara a déclaré que les 85 objets auraient été volés dans les temples cambodgiens pendant la guerre, lorsque des pillages intenses ont eu lieu et que des objets de valeur ont été passés en fraude à travers la Thaïlande voisine.
Une loi cambodgienne de 1993 interdisait l'enlèvement d'artefacts culturels sans l'autorisation du gouvernement. La loi oblige fortement les propriétaires d'objets pris à l'étranger après cette date à les retourner. Mais il est également généralement admis dans le monde de l'art que des pièces ont été acquises illégalement si elles ont été exportées sans document clair et valable après 1970, année d'un accord culturel des Nations Unies contre le trafic d'antiquités.
En 2014, trois statues de 1 000 ans illustrant la mythologie hindoue ont été accueillies au Cambodge après avoir été pillées dans un temple et placées dans des collections d'art occidental.
Également en 2013, deux statues de pierre cambodgiennes du 10ème siècle exposées pendant près de deux décennies au Metropolitan Museum of Art de New York ont ​​été rendues à leur pays d'origine dans une affaire très médiatisée d'artefacts prétendument pillés.

Laisser un commentaire