Le nombre de nouveau-nés au Japon a atteint un record en 2018 – Culture japonaise



Le nombre de nouveau-nés au Japon a atteint un niveau record de 918 397 en 2018, restant sous la barre du million de personnes pour la troisième année consécutive, a révélé un sondage gouvernemental publié vendredi.
Le pays au vieillissement rapide a enregistré la plus forte diminution de sa population (444 085) depuis la publication de données comparables en 1899. Le nombre de naissances a diminué de 27 668 par rapport à l'année précédente et le nombre de décès a augmenté de 22 085 à 1 362 482, selon le ministère de la Santé.
Le taux de fécondité total du pays – le nombre moyen d'enfants qu'une femme aura au cours de sa vie – a chuté de 0,01 point par rapport à l'année précédente, pour s'établir à 1,42, assombrissant les perspectives du gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe d'atteindre son objectif 1,8 d'ici mars 2026.
L’indice synthétique de fécondité oscille autour de 1,4 depuis 2012, après avoir atteint un creux de 1,26 en 2005. Il est tombé sous la barre des 2,00 en 1975, soit une baisse importante par rapport à 4,54 en 1947.
L'âge moyen des femmes japonaises pour donner naissance à leur premier enfant était de 30,7 ans pour la quatrième année consécutive, et le nombre de bébés nés de femmes âgées de 30 à 34 ans a chuté de plus de 10 000.
Okinawa était la seule préfecture où le nombre de naissance était supérieur à celui de la mort. Parmi les 47 préfectures du Japon, le taux de natalité le plus élevé est de 1,89, suivi de 1,74 pour Shimane et de 1,72 pour Miyazaki. Le plus bas était Tokyo avec 1,20.
"Nous allons mettre en œuvre des politiques qui aideront les mères qui souhaitent accoucher et élever leurs enfants", a déclaré un responsable du ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être.
Selon une récente enquête réalisée par un groupe japonais d’aide à l’éducation des enfants, sur 3 000 personnes interrogées, 73,5% ont déclaré qu’il leur était difficile d’avoir un deuxième enfant.
Dans l’enquête en ligne menée fin mai par 1 plus bébé Oendan, 82% d’entre elles ont déclaré que l’obstacle de l’obtention d’un deuxième enfant était principalement économique.
L'enquête menée par le gouvernement a montré que le nombre de mariages avait également chuté à son plus bas niveau de l'après-guerre, à 586 438, en baisse de 20 428 par rapport à l'année précédente. L'âge moyen du premier mariage était de 31,1 ans pour les hommes et de 29,4 ans pour les femmes, sans changement depuis 2014.
Il a également montré que le cancer demeurait la principale cause de décès, représentant 27,4% du total, suivi de la maladie cardiaque à 15,3% et des causes naturelles à 8,0%, tandis que 20 032 personnes se sont suicidées, en baisse de 433 par rapport à l'année précédente. pour 1,5 pour cent du total.

© KYODO

Laisser un commentaire